ARTICLES

LES 7 AXES DE LA MÉDECINE NUTRITIONNELLE

Le corps est un ensemble de systèmes qui communiquent entre eux et coopèrent tel un arbre. Pour que l’arbre reste en bonne santé, il faut que ces racines soient saines et qu’elles aient les bons nutriments puisés dans la nature et l’environnement.

Le corps humain est un ensemble de systèmes qui vivent en harmonie. Chacun a sa fonction mais tous contribuent à la même chose : maintenir l’équilibre et la vie. La médecine nutritionnelle se base sur une approche personnalisée dont le but est la remise en équilibre  des différents systèmes du corps. 

1. L'ENVIRONNEMENT

Notre environnement interagît avec nos gènes pour créer la santé ou la maladie.C’est le concept révolutionnaire de l’épigénétique.Notre alimentation, notre statut nutritionnel, l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, l’exercice physique, le stress, les traumatismes, les facteurs psychologiques l’exposition aux toxines de l’environnement, la radiation, l’usage prolongé des téléphones cellulaires etc…influencent nos gènes et notre santé. Adopter un mode de vie sain est le premier axe du rééquilibrage.

2.L' INFLAMMATION ET LE DÉSÉQUILIBRE IMMUNITAIRE

Quand notre système immunitaire se déséquilibre, l’inflammation se propage plus facilement dans l’organisme causant ainsi des problèmes sous jacents tels que la fatigue, les maladies chroniques, la prise de poids. Éteindre l’inflammation est l’éléments clef principal de retour à la santé.

3. LES HORMONES ET LES NEUROTRANSMETTEURS

La régulation de nos rythmes biologiques est sous la dépendance de 2 types de molécules : les neurotransmetteurs et les hormones.

Le rééquilibrage de ces 2 systèmes via l’alimentation santé et la supplémentation est fondamental.

4. L' INTESTIN

Le lien entre les maladies chroniques et déséquilibre du microbiote (ou flore intestinale) est maintenant bien établit et les découvertes dans ce domaine continuent d’affluer.

On sait que garder un intestin en bonne santé c’est d’abord connaître son profil alimentaire : savoir ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas. Les intolérances alimentaires particulièrement causées par une alimentation raffinée et non diversifiée sont la principale cause de ce déséquilibre.

Comprendre l’origine des symptômes et des troubles du métabolisme s’avère être la tâche la plus importante et la plus délicate. Cela consiste à déceler les intolérances aux aliments et une éventuelle porosité intestinale. RÉPARER l’intestin et rééquilibrer le microbiote intestinal sont les 2 piliers fondamentaux de la santé car un intestin malmené, surchargé et poreux est le point de départ de toutes maladies non congénitales.

5. LA DÉTOXIFICATION

La détoxification consiste à libérer l’organisme des déchets du métabolisme. Si ces déchets, toxines, radicaux libres, métaux, ne sont pas éliminés correctement, ils augmentent et le foie sature. Dans ces cas-là, les pathologies chroniques font leur apparition (fatigue, douleurs articulaires, migraine, psoriasis, eczéma, acné…). La clef consiste à minimiser l’exposition aux toxines alimentaires avec une alimentation hypotoxique et augmenter les capacités de détoxification de l’organisme.

6. ÉNERGIE, MITOCHONDRIE ET STRESS OXYDATIF

Comment fabriquons-nous de l’énergie ? pourquoi en manquons-nous ? comment la perdons-nous ?Cela est lié à nos centrales énergétiques : les mitochondries : une alimentation raffinée, des carences nutritionnelles ? le travail des mitochondries ralentit et nous produisons moins d’énergie, le métabolisme de base diminue et nous prenons du poids plus vite !

Optimiser les mitochondries et réduire le stress oxydatif (résultant de l’alimentation raffinée, pesticides, stress, infections, intolérances alimentaires…) fait partie intégrante de l’approche. Le but étant de rendre à l’organisme son énergie et sa vitalité originelles.

7. LE LIEN INTESTIN-CERVEAU

L’intestin et le cerveau font partie intégrante d’un même système bi-directionnel. Un trouble de la digestion impactera notre état de pensée, notre moral, notre sommeil, notre appétit et notre niveau de stress. De ce fait, quand l’intestin va, le cerveau suit.

Ces 2 systèmes sont intimement liés à un point que l’on n’imagine pas. (la guerre dans l’intestin <----> la guerre dans le cerveau). Comprendre le dialogue entre l’intestin et le cerveau permet de comprendre pourquoi certains problèmes d’ordre psychologiques ou certains comportements (baisse de moral, irritabilité, TOC, colère, repli sur soi, défaut d’endormissement, réveils nocturnes, envies de sucre, boulimie…) surviennent et y mettre fin efficacement.

AM PAVERANI

 

 

LES RÉFLEXES SANTÉ AU QUOTIDIEN

RÈGLE N°1 : PRODUIRE PLUS D'ÉNERGIE AVEC MOINS DE CALORIES

Choisir des aliments riches en énergie et complets.

Les conseils pratiques

  • éviter les achats compulsifs : apprendre à faire ses courses après les repas et non pas quand on est affamé.
  • choisir des marchés, boutiques bio..
  • choisir systématiquement la qualite contre la quantité.

Au moment du repas

  • faites des repas un moment privilégié : un rituel
  • buvez un grand verre d’eau ou jus de tomate plutôt qu’un apéritif alcoolisé : cela aura un effet satiétogène
  • les aliments les plus caloriques doivent être en petite quantité : de préférence dans une petite assiette
  • la mastication : mastiquez chaque bouchée jusqu’à ce que l’aliment soit complétement broyé : pas de bonne santé sans bonne digestion et pas de bonne digestion sans mastication
  • découpez les aliments les plus caloriques : les hacher, les émincer
  • préférez les cuissons vapeurs, le court bouillons, le wok.
  • agrémentez vos plats d’épices et mangez des aliments anti cancers (thé vert, curcuma, gingembre…)
  • choisissez des huiles de première pression à froid pour leur richesse en nutriments : vitamine E, omega 3, omega 6 (huile de noix,colza, olive, noisettes, germe de blé...)
  • restez à l’écoute de votre corps : quand il est rassasié : arrêtez de manger. ne vous obligez pas à finir l’assiette.
  • en cas de ballonnements notez ce que vous mangez afin d’en identifier la cause
  • autorisez-vous à ressentir la faim
  • réalisez un bilan nutritionnel : les carences ou déficits nutritionnels peuvent entrainer une recherche de calories ou sucre de façon compulsive et inappropriée
  • écartez les intolérances alimentaires sources de maladies et d’inflammation

RÈGLE N°2 : MANGER DES VÉGÉTAUX

Manger des végétaux protègent non seulement des cancers mais également du surpoids, du diabète, de maladies cardiovasculaires et la majorité des pathologies dégénératives y compris cérébrales.

Selon la « adventist cohort study » , réalisée sur 96000 participants, une alimentation végétarienne réduit :

  • de 35 % la fréquence des cancers de la prostate
  • de 50 % la fréquence des cancers colorectaux
  • de 48 % la mortalité par cancers du sein
  • de 26 à 68 % la mortalité cardiovasculaire

RÈGLE N°3 : MODÉRER LA CONSOMMATION DE VIANDE

 La consommation de produits animaux est à l’inverse associée à un risque plus augmenté de cancers. On note chez les gros consommateurs de viandes, une augmentation des cancers colorectaux.

  • évitez de consommer de la viande en excès et restez raisonnable : 3 fois par semaine maximum.
  • la viande est de plus riche en acide arachidonique : impliqué dans l’inflammation.
  • cuissons agressives prudence! : barbecue : viande carbonisée à la poêle… la puissance mutagène (capacité à induire des mutations sur l’ADN) et carcinogène d’une viande trop cuite est énorme.
  • les aliments frits, les viennoiseries, sont carcinogènes si consommés en excès

RÈGLE N°4 : SE CALMER AVEC LES PRODUITS LAITIERS

Pourtant mis en avant par les autorités de santé, les produits laitiers notamment le lait de vache sont très délétères pour notre santé.

Ils sont assez mal tolérés par notre systèmes digestif :  notamment le lait de vache qui devrait être réservé au veau ! trop riche en protéines et facteurs de croissance il contient le « caviar » pour le veau qui lui permettra de grandir et prendre du poids : environ 400 kg en 1 an : chez l’être humain, une consommation excessive augmentera le surpoids (en augmentant la sécrétion d’insuline ), les  problèmes digestifs, les allergies, l’asthme, la fatigue, les douleurs articulaires ,l’incidence des maladies auto immunes  et l’activation des facteurs de croissance tel que l’IGF1:  promoteur de croissance tumorale

Un grand nombre d’études montrent une augmentation des cancers de la prostate et du sein avec consommation de produits laitiers régulièrement y compris les yaourts.

RÈGLE N°5 : SE DÉTOXIQUER À CHAQUE CHANGEMENT DE SAISON

Le foie est l’organe de la détoxication. Apporter des nutriments nécessaires à la détoxication va aider à éliminer, à purger les toxines accumulées au fil du temps et stockées majoritairement dans les graisses.

Notre nourriture est de plus en plus carencée et malheureusement nous ne pouvons plus trouver dans la nourriture les nutriments et vitamines indispensables à notre santé. Faire des cures de compléments alimentaires pendant une courte période peut aider à combler ces manques.

Ø Maintenir un bon taux de vitamine b9, b12 et le zinc :

ce sont les 3 micronutriments les plus importants pour les opérations de maintenance de l’ADN et jouent des rôles majeurs dans les défenses immunitaires et apoptotiques.

MES CONSEILS

  • remplacez le lait de vache par des laits végétaux : lait de riz, coco , amandes, soja…
  • attention aux graisses saturées : biscuits, gâteaux, viennoiseries…: elles sont pro inflammatoires
  • une activité sportive ludique et régulière (1h30 à 3 heures de sport par semaine)
  • consommez des acides gras omega 3 à gogo ! ils sont anti inflammatoires et protecteurs cardiovasculaires
  • maintenir un bon taux de vitamine D : allez au soleil si possible ou prendre des suppléments de vitamine D en cure de 2- 3 mois
  • mangez des végétaux en majorité
  • BÉTONNEZ vos intestins : prendre des probiotiques pour renforcer l’ immunité et des nutriments pour solidifier la barrière intestinale et ainsi éviter le passage d’aliments mal digérés, toxines et autres
  • du vin rouge ? pourquoi pas en quantité raisonnable
  • une assiette antioxydante : une consommation journalière de fruits et de légumes bio
  • penser à soi et s’entourer d'amis (fuir les personnes toxiques)
  • rire de bon cœur!

 

 

Anne-Marie P