Compulsions sucrées, boulimie : comprendre l'origine

Souvent pris à la légère, les troubles du comportement alimentaire affectent de plus en plus de personnes. Pire que « manger parce que l’on a faim » ou « parce qu’on va trop souvent au resto », manger par compulsions sans avoir vraiment faim est le signe d’une carence en nutriments et d’un trouble digestif.

Les régimes restrictifs ne seront d’aucune efficacité dans ce cas et ne feront qu’empirer les symptômes de frustration !

Notre tube digestif est un organe très intelligent, c’est par lui que transite les nutriments issus de la digestion. Et dans notre tube digstif est produite un neurotransmetteur : la sérotonine à 95 %.

 

1. QU'EST CE QUE LA SÉROTONINE?

C’est notre antidépresseur naturel. Produite par notre organisme, elle agit positivement sur nos humeurs et nous rend relax.

 

Sécrétée dans l’apres midi, elle nous prépare au sommeil et nous met dans un état plus détendu et une meilleure gestion du stress.

De plus, étant le précurseur de la mélatonine, elle augmente la venue du sommeil permettant un sommeil de qualité et réparateur.

Sa sécrétion suit un rythme chrono-biologique qui démarre aux alentours de 16 heures et se poursuit le soir.

Quand cette sérotonine est mal produite, les envies de sucre apparaissent en fin d’après midi et/ou le soir et sont souvent accompagnées d'angoisses et de baisses de moral...

 

2. DU MANQUE À L’ENVIE DE SUCRE, DE L’ENVIE DE SUCRE À LA CRISE DE BOULIMIE

La baisse de sérotonine augmente l’envie de sucré car le sucre l'a fait monter légèrement!

On mange des gâteaux et ca fait du bien au moral ! mais le problème est que cela ne dure pas très longtemps : le temps de les manger voilà pourquoi on en redemande aussitôt !

Au fil du temps cela devient obsessionnel : on mange sucre, on pense sucre une vraie dépendance ;  on doit lutter pour ne pas être tenter tout le temps et le mal être s’installe. On mange un biscuit et cela ne suffit pas, donc on en mange 2 puis la boite entière pourtant sans avoir faim : on n’écoute plus son corps et on pourrait manger tout le temps même parfois avec l’estomac plein. 

Certaines personnes peuvent faire de la boulimie. C’est un véritable cercle vicieux dont on a du mal à sortir. Ces personnes font souvent une fixation sur la nourriture (surtout le sucré) et ne pensent qu’à manger. Mais quand elles mangent, elles ont du mal à s’arrêter (l’organisme essaie de combler une carence par la nourriture) puis culpabilisent par la suite d’avoir manger autant. C’est assez dur moralement et peut devenir un enfer si on ne traite pas la cause.

Certaines personnes peuvent faire de la boulimie. C’est un véritable cercle vicieux dont on a du mal à sortir. Ces personnes font souvent une fixation sur la nourriture (surtout le sucré) et ne pensent qu’à manger. Mais quand elles mangent, elles ont du mal à s’arrêter (l’organisme essaie de combler une carence par la nourriture) puis culpabilisent par la suite d’avoir manger autant. C’est assez dur moralement et peut devenir un enfer si on ne traite pas la cause.

L’ENVIE DE SUCRE DE FACON COMPULSIVE VOIR PARFOIS BOULIMIQUE SIGNE UNE CARENCE EN SÉROTONINE et UN TROUBLE DU MÉTABOLISME

Ces envies sont plus marquées avant les menstruations et s’accompagnent de troubles de l’humeur et de l’irritabilité. 

3. QUELS SONT LES PRINCIPAUX SIGNES D'UN MANQUE DE SÉROTONINE

 

Manger pour combler une carence

Manger pour combler une carence

AVEZ-VOUS AU MOINS 2 DE CES SIGNES?

  • Envies de sucre en fin d'après midi et le soir (parfois la nuit)++

  • Compulsions alimentaires +++

  • Troubles du sommeil : difficulté d'endormissement et Réveils nocturnes ++

  • troubles de l'humeur; irritabilité et hyperémotivité marquées

  • Tendance à la dévalorisation de soi

  • Fatigue morale

  • Dépression saisonnière

  • cogite sans arrêt

  • Angoisse à la tombée de la nuit

  • Addictions

  • Syndrome prémenstruel marqué (au moins 1 semaine avant les règles)

4. QUELLE ORIGINE  : Le ventre; notre second cerveau…

En ayant écarter toutes causes externes : séparation, perte d’un proche… l’origine est souvent alimentaire : mauvaise digestion, intolérances alimentaires, troubles de la perméabilité intestinale, candidose digestive. (cf article candidose). Cela engendrant des carences en micronutriments et la production de molécules inflammatoires.

 

GUERRE DANS L'INTESTIN= GUERRE DANS LA TÊTE

GUERRE DANS L'INTESTIN= GUERRE DANS LA TÊTE

 

Le ventre transmet les infos au cerveau

Tout trouble du métabolisme va interférer sur les neuromédiateurs de l'humeur (dont cette sérotonine) et lorsque quelque chose passe mal, le ventre en informe le cerveau par des messagers spécifiques qui va les traduire en migraine, baisse de moral...Voila pourquoi il faudrait soigner son ventre pour mieux soigner sa "tête".

Des personnes plus sensibles que d'autres ?

La qualité de la flore intestinale y est pour beaucoup ainsi que les antécédents familiaux de la personne : l'alimentation de la maman "in utero" , l'alimentation des grands parents... (cf épigénétique). Il est préférable dans ce cas d'être plus vigilant sur ce que l'on mange et optimiser un maximum moral et flore intestinale avec des cures ponctuelles de compléments alimentaires naturels.

Un stress répété ou un "gros stress" peuvent engendrer au fil du temps des troubles de la sécrétion de sérotonine. Cela constitue une sorte de "marque page" dans nos cellules mais c'est réversible : on mange plus depuis tel incident ou suite à une séparation...

5. TRAITEMENT

comment remonter la sérotonine??

IL N’Y A PAS DE BONS OU MAUVAIS ALIMENTS POUR TOUT LE MONDE MAIS DES BONS ET MAUVAIS ALIMENTS POUR CHAQUE PERSONNE
  • COMBATTRE LA CAUSE

PERSONNALISER SON ALIMENTATION

Traiter l’inflammation digestive :  mieux manger, supprimer complètement la junk food, détecter les éventuelles intolérances alimentaires avec un test biologique afin de les écarter de l’alimentation un certain temps.

  • RESSOURCER CES CELLULES

COMBLER LES CARENCES EN MICRONUTRIMENTS  (vitamine A, E, B, omega 3...) avec des cures ponctuelles de compléments alimentaires de qualité (sous la supervision d'un professionnel de santé)

  • LA CHRONO-NUTRITION

Prendre certains aliments à certains moments de la journée permet de rééquilibrer les neurotransmetteurs de l’humeur et accélère la venue du sommeil en augmentant la sécrétion de mélatonine.

Avoir un apport de protéines conséquent le midi et ne pas oublier de manger des sucres lents complets le soir. Il ne s'agit pas de manger un plat de pâtes blanches au fromage et à la crème mais des féculents complets de bonne qualité nutritionnelle en quantité raisonnable. Cela limitera les manques et permettra un meilleur sommeil et moins de compulsions alimentaires.

  • LE GROS COUP DE POUCE : la SÉROTONINE NATURELLE à base de plantes ****

Il existe des plantes qui vont agir positivement sur les humeurs, le stress, le sommeil et les ENVIES DE SUCRE lorsqu’elles sont prises ensemble. Ces actifs naturels ne présentent pas d’effets indésirables. Cela aide également au contrôle des addictions (y compris l’envie de fumer) et à la gestion du stress : très utile au départ car il est difficile de stopper ses addictions tout seul du jour au lendemain sans coup de pouce.

ENDORFYN  : produit à base de plantes qui agit sur l'augmentation de sérotonine

ENDORFYN : produit à base de plantes qui agit sur l'augmentation de sérotonine

 

Les effets seront plus rapides et durables en faisant en même temps des changements alimentaires : en 10-15 jours en moyenne les envies de sucre diminuent nettement jusqu'à disparaitre complètement chez certains.

 

 

 

 

 

 

CURE INTESTIN N°1

CURE INTESTIN N°1

C’est un programme complet qui va agir sur les envies de sucre et les troubles digestifs.


  • Les méthodes douces de relaxation : yoga , chi kong, méditation de façon régulière vont aider à se sentir mieux et aider à se recentrer sur soi.

 

  • L'hypnose

  • La pratique du sport de façon réguliere et surtout en début de journée va réduire le stress et agir sur le bien être mental avec libération d’endorphines et venue du sommeil.

Souvent méconnu et tabou, les troubles du comportement alimentaire tel que la boulimie, les envies de sucre sont largement répandus et particulièrement chez les femmes. Identifiés à tort comme des troubles psychologiques indépendants , ces « addictions » « crises de boulimie » ou simple « déséquilibres alimentaires » trouvent souvent leur origine ailleurs : un défaut de métabolisation, une mauvaise digestion, défaut d'assimilation engendrant par la suite carences, désordres affectifs et alimentaires.

“nous sommes ce que nous digérons et non pas ce que nous mangeons”

Traiter ses désordres va amener à un bien être digestif mais surtout un bien être moral.

Associé à d'autres techniques (citées plus haut), le résultat n'en sera que meilleur. On pense souvent à tort que c'est uniquement dans la tête et que les personnes sont justes trop fragiles. Cela est certainement justifié dans certains cas mais pas dans d'autres et il serait intéressant de combiner suivi psychologique et/ou technique de relaxation et bilan micronutritionnel pour de meilleurs résultats.

 

Anne-Marie P


PROTOCOLE MICRONUTRITIONNEL ANTI SUCRE ALZIA ORGANIC PHARMACY

  • immunité microbiote : 1 par de préférence à jeun

  • endorfyn : 1 vers 17 heures/1 vers 20 heures

  • omega 3 mers froides : 3/jour de préférence au moment des repas et le soir