L'ORIGINE DE NOS ENVIES DE SUCRE

On entend de plus en plus parler des méfaits du sucre sur la santé et des personnes de plus en plus jeunes y sont complètement dépendantes.

Je parle du mauvais sucre c’est à dire celui retrouvé dans les gâteaux, confiseries, barres chocolatées, soupes du commerce, aliments raffinés, sodas…

Certains l’ignorent et vivent avec mais d’autres se posent des questions et s’interrogent sur l’origine de cette dépendance au sucre. 

Mais alors d’ou vient cette dépendance au sucre?

On a tendance à suivre des régimes draconiens qui entrainent encore plus de frustrations et aggravent parfois les symptômes en fonction de aliments que l’on consomme même allégés mais cela n’est pas vraiment la solution.

On culpabilise vite et on arrive même à penser que l’on a un réel problème psychologique mais pour RÉUSSIR À RETIRER LE SUCRE, il faut surtout ne plus en voir envie! Pour cela, il faut comprendre ce qui entraîne cette dépendance (du moins la plupart du temps). La solution se trouverait dans notre ventre ou de mystérieuses colonies de microbes ont élu domicile…



COMMENT VIENT LA DÉPENDANCE AU SUCRE?


A.   LE DÉSÉQUILIBRE DE LA FLORE INTESTINALE


Il y a les bonnes bactéries et les mauvaises bactéries.



Fotolia_267982976_XS.jpg

Nous sommes habités par des milliards de microbes autrement dit par des bactéries.

Elles vivent en nous et sont encore plus nombreuses que nos cellules. Ces microbes bien qu’inconnus, pilotent notre vie plus que l’on ne le pense. Il s’agit des bactéries de notre intestin en majorité.

Comme dans la vie, il s’agit dans notre intestin d’un équilibre entre le bon et le mauvais autrement dit entre les bonnes et les mauvaises bactéries et pour être en santé il faut que cet équilibre penche vers les bonnes.

Ces bactéries de l’intestin assurent de nombreuses fonctions notamment le bien être digestif mais aussi la régulation de l’appétit et la gestion des émotions.

Mais alors qu’est ce qui va perturber notre flore intestinale garante de cet état d’équilibre?

  1. L’ALIMENTATION RAFFINÉE et par forcément que les sucres!

L’émergence grandissante de produits transformés et industriels : Dans les rayons des grandes surfaces adaptés à tout budget même les plus petits budgets. 

  • Conservateurs dans les aliments

  • Aliments de faible valeur micronutritionelle (farine blanche, pain blanc…)

  • Excès de féculents que l’on ne peut digérer que partiellement. 

  • Aliments sous vide, produits qui ne sont pas frais

Fotolia_119799683_S.jpg

La Surconsommation de produits transformés et hypercaloriques va avoir des conséquences terribles sur la flore intestinale : Le cercle vicieux se met en marche…




2. LE MANQUE DE VÉGÉTAUX : FRUITS ET LÉGUMES

Les végétaux

  • Doivent être en quantité majoritaire dans notre alimentation

  • Vont servir à nourrir les bonnes bactéries et faire en sorte que les mauvaises ne prennent pas leur place.

  • Fournir les minéraux dont on a besoin (notre vrai carburant et pas celui que l’on trouve dans les gâteaux )et même temps faciliter l’élimination des déchets (vidange) c’est à dire que notre alimentation doit être à la fois nutritive et détoxiquante! 

3. LES DÉFAUTS DE MASTICATION

ET LES DENTS CA SERVIRAIT À QUOI SINON??!!!

ET LES DENTS CA SERVIRAIT À QUOI SINON??!!!

La mastication est la première étape de la digestion : elle va en effet broyer les aliments et faciliter leur absorption au niveau du filtre intestinal. Tout défaut de mastication perturbe la flore intestinale et crée de la porosité autrement dit de l’inflammation.





4. LE STRESS

Fotolia_269227779_XS.jpg

Les stress joue un rôle négatif et dévastateur sur la flore intestinale et peut à lui seul créer « la guerre » et la dépendance au sucre et aux mauvaises choses. Donc mieux vaut travailler dessus pour ne pas mourir prématurément rongé par le stress! Vous n’avez pas le choix. Évitez de stresser pour rien et faites vous un peu confiance.


5. LES INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES

Soit génétiques soit acquises, les intolérances alimentaires sont responsables de dégâts digestifs et de santé avérés même si certains professionnels continuent de l’ignorer car non informés.

Il s’agit pour la plupart d’aliments que l’on n’est pas censés manger en excès mais que l’on surconsomme et en plus on ne les mastique pas assez. 

Il y un effet de mode sur le gluten (ce n’est pas le pire) mais c’est aussi une réalité car le gluten a été modifié et notre système immunitaire le reconnaît comme étranger et l’attaque donc.

Résultats ? des aliments arrivent dans l’intestin pas très bien mastiqués (donc trop gros) et nouveaux (mutations au niveau protéine de lait, maïs qui est la nourriture que l’on donne aux poules et qui vont donc faire des œufs avec des mutations génétiques… il ne faut pas rentrer dans la paranoia mais il y a en effet des mutations sur ces aliments qui sont de plus en plus transformés!

SYSTEME IMMUNITAIRE ET INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES

Lorsque l’on a des intolérances alimentaires,  notre système immunitaire (notre douane) va reconnaître certain aliments comme du « non soi » :  des ennemis et va tout faire pour les éliminer mais pas sans dégâts… c’est ce que l’on appelle les dommages collatéraux :

Fotolia_266837858_XS.jpg

Production de radicaux libres et activation de l’ inflammation (=arme REDOUTABLE utilisée par notre organisme pour éliminer l’ennemi) .

C’est ce qui va expliquer dans certains cas nos maux de ventre, les crampes, les ballonnements, les troubles du transit et bien d’autres. Au fil du temps, notre intestin ressemble de plus en plus à un champ de bataille.

Les intolérances alimentaires vont perturber la flore intestinale et créer de l’inflammation : rupture de l’équilibre bonnes/ mauvaises bactéries ; entrainant la prolifération de mauvaises responsables pour beaucoup de flatulences, envie d’aliments sucrés, déprime…

Comme on est en grande partie ce que l’on mange, et ce que l’on digère plus on mange du sucre plus on augmente la prolifération de bactéries qui aiment le sucre et là c’est le point de départ de la dépendance.

Fotolia_39898035_XS.jpg

Plus on mange du sucre, plus on va développer des bactéries qui adorent le sucre.

 

B. LE LIEN DIRECT AVEC LES ENVIES DE SUCRE

  1. DÉFAUT DE PRODUCTION DE LA SÉROTONINE DANS L’INTESTIN

Qu’est ce que la SEROTONINE?

La sérotonine est l’élément fondamental clef de régulation des envies de sucre et de l’appétit.

C’est un neurotransmetteur produit à partir de 16 heures dans l’intestin en majorité (95%). Le manque de sérotonine va conduire à des envies de sucre en fin d’après midi et le soir.

Le déséquilibre de la flore intestinale va conduire à une diminution de la production de sérotonine!

Particulièrement à partir de 16-17 heures. Cela va jouer sur les baisses de moral, le besoin de compenser un manque par la prise d’aliments sucrés.

Ces envies peuvent s’accentuer avant les règles, 2 jours à 10 jours avant.

AUTREMENT DIT MANQUE DE SÉROTONINE = ENVIE DE SUCRE

Sur le moment, on mange du sucre et cela peut faire du bien mais notre corps en redemande aussitôt et on tombe dans le piège car le candida aussi se régale.

Voici la raison principale de vos envies de sucre passé 16 heures ou le soir devant la télé malgré le fait que l’on ait bien mangé !

Chez certaines personnes, il s’agit carrément de crises de boulimie, d’envie de sucre compulsive notamment si elles ont en plus un candida albicans.

Les autres signes marquants de cette carence en sérotonine sont les suivants :

  • Repli sur soi

  • Réveils nocturnes

  • Troubles de l’endormissement

  • On cogite beaucoup trop surtout le soir

  • Moral en dents de scie

2. LE CANDIDA ALBICANS

Fotolia_114680571_XS.jpg


Les envies de sucre boulimiques et les sautes d’humeur sont souvent liées à un candidose crée par les intolérances alimentaires et le déséquilibre de la flore intestinale.

qu’est ce qu’une candidose?

Le candida albicans est une levure (on peut dire un champignon) : un hôte qui est présent normalement dans notre intestin et qui ne crée pas de symptômes lorsque qu’il est maintenu par de bonnes bactéries.

En cas d’intolérances alimentaires et surconsommation de sucre, on va le nourrir : il va prendre la place des bonnes bactéries et passer à sa forme vicieuse filamenteuse : il mute en réalité!

Compulsions sucrées, boulimie, le candida parle à notre cerveau!

PASSAGE AU TRAVERS DE LA BHE

Le candida albicans va brouiller les connexions avec votre cerveau et nous envoyer des messages de manger du sucre même inconsciemment.

Il est capable de par sa perversité de passer la barrière hématoencéphalique et parler à notre cerveau pour lui ordonner de manger du sucre ou du moins lui susciter une envie irrépressible de sucre car le candida adore le sucre. C’est de la manipulation!

il ne s’agit pas d’une vue de l’esprit c’est réél et largement prouvé!

FOTOLIA SUCRE.001.jpeg

Le candida adore le sucre et va provoquer la plus grande dépendance au sucre. Il ne s’agit pas de faim mais d’envies sans que l’on puisse en expliquer la raison.

L’envie est compulsive et on peut faire une fixation sur le sucre. On devient accro aux sucreries mais on peut manger aussi des féculents en excès. C’est un cercle vicieux qui continue avec les intolérances alimentaires.

De plus, le candida peut à lui seul synthétiser 35 molécules toxiques connues et va induire chez la plupart des personnes des troubles du transit : constipation suivie d’un transit accéléré, humeur changeante, grosse fatigue avec effet « gueule de bois ».

Nos mitochondries qui sont nos centrales énérgétiques produisent moins  d’ATP (cad d’énergie) avec le candida et cela va générer beaucoup de fatigue et faiblesse musculaire.

3. LES CARENCES NUTRITIONNELLES

Comme expliqué, tout déséquilibre de la flore intestinale va activer l’inflammation et des brèches se créent dans l’intestin : c’est à dire de la porosité intestinale.

Cela va limiter l’assimilation des micronutriments au travers la barrière intestinale mais également leur synthèse par les bactéries de la flore intestinale. (et oui nos bactéries synthétisent certaines vitamines !)

PAS ASSEZ DE VITAMINE B = GRÈVE DE SÉROTONINE = BAISSE DE MORAL; ENVIE DE SUCRÉ!

Ces micronutriments sont nécessaire à l’élaboration de la recette de la sérotonine et du sommeil et de bien d’autres choses autrement dit des carences vont être à l’origine d’envies de sucre.

SOLUTIONS 

 1. Retrait des intolérances alimentaires les plus fréquentes :

Si vous vous reconnaissez dans ces symptômes et ignorez complètement la marche à suivre, je vous conseille d’effectuer des tests d’intolérances alimentaires et de supprimer totalement vos intolérances pendant une cette période. cela permettra dans un premier temps de calmer la réaction inflammatoire.

Vous pouvez également apprendre à les déceler grâce à la technique retrait-réintroduction /modification du modèle alimentaire actuel.

2. Diète anti candida

Dans un second temps, je vous conseille de retirer les sucres rapides mais garder les fruits frais en quantité raisonnable par jour (1-2 fruits).

Vous en aurez besoin car votre corps sera en manque de sucre et le sucre contenu dans les fruits est celui que nous devrions consommer au quotidien.

Attention à l’excès de féculents, intolérances ou pas, cela crée des résidus de colle dans l’organisme).

Retirez les aliments qui agissent sur le développement du candida. La liste est longue et cela demande également une grande assiduité alimentaire. Je ne peux pas tout développer sur cet article tellement cela serait long et cela ne consiste pas seulement à retirer 2-3 aliments mais également à changer les habitudes alimentaires.

Vous trouverez touts les détails dans le guide nutritionnel que j’ai rédigé (diète anti candida et technique de détection des intolérances alimentaires) sur le site alzia-op.com et qui fait partie de la cure intestin complète. Le guide peut s’acheter également à part.

3. Réparer votre intestin et surtout changer votre flore intestinale

En prenant des probiotiques dosés au minimum à 25 milliards de bactéries par prise et de souches connues. Évitez les probiotiques trouvés dans le rayons des magasins et qui ne sont pas dans un réfrigérateur : la chaleur altère la concentration de bactéries vivantes.

Prendre un complexe réparateur des jonctions serrées de l’intestin afin de rétablir l’assimilation et le passage d’aliments et toxines mal digérés crée par les brèches.

4. Remonter le taux de sérotonine afin de supprimer les envies de sucre et les baisses de moral

Prendre un complexe qui agit sur la sérotonine afin de vous aider à arrêter le sucre mais seulement d’origine naturelle c’est à dire à base de plantes. Le 5HTP de synthèse (sérotonine de synthèse) est beaucoup moins actif que celui contenu naturellement dans certaines plantes. Cela va agir aussi sur le sommeil et les humeurs.

Le produit endorfyn fonctionne très bien et permet de réguler les envies de sucre, les troubles du sommeil et les variations d’humeur.


5. Détoxiquer le foie avec des plantes et complexes vitaminiques.

Si pas d’élimination, le candida prolifère à la vitesse grand V dans l’intestin donc il faut fuir la constipation par tous les moyens.

6. Combler les carences : prise de vitamines pour refaire son stock en micronutriments et aider le foie à éliminer les résidus car la candida et les intolérances alimentaires créent des carences en micronutriments.

CONCLUSION

Vous comprendrez bien que la dépendance au sucre (je ne parle pas du fait d’apprécier des petits gâteaux au resto ou de temps en temps…) trouve son origine dans l’intestin et est lié à un déséquilibre de la flore intestinale provoquée par des erreurs alimentaires régulières et des intolérances alimentaires qui à des stades plus avancés conduiront à une candidose (candida albicans). 

Donc la clef est dans votre ventre et de réparer votre intestin est la « vraie solution».

Les choses doivent être simples par la suite et l’alimentation aussi (consommer des végétaux au quotidien et retirer les aliments industriels) A vous de mettre en place de vrais changements alimentaires et des habitudes payantes quotidiennes.